Démystifier le rôle du courtier inscripteur et du courtier collaborateur

Démystifier le rôle du courtier inscripteur et du courtier collaborateur
Démystifier le rôle du courtier inscripteur et du courtier collaborateur
Retour aux articles

Une transaction immobilière représente une opération complexe qui nécessite l’aide de
différents professionnels dont celle du courtier immobilier inscripteur. Le rôle de ce
courtier ne se limite pas à celui d’un vendeur. Il travaille plutôt en vue d’être le meilleur
ambassadeur possible pour son client et sa maison en vente, le tout, auprès des courtiers
collaborateurs.

Il demeure important de bien comprendre la différence entre le courtier inscripteur et le
courtier collaborateur afin de saisir comment se déroule une transaction immobilière
de façon générale. D’ailleurs, la collaboration entre courtiers immobiliers s’avère un
concept parfois méconnu du grand public.

Voici donc quelques renseignements essentiels à connaître au sujet du courtier inscripteur
et du courtier collaborateur.

Le rôle du courtier collaborateur

Saviez-vous qu’une transaction immobilière sur 12 dans le Grand Montréal se déroule
avec un acheteur non représenté par courtier? Ce phénomène est donc de plus en plus rare
dans la réalité d’aujourd’hui. La plupart des gens préfèrent engager un courtier
collaborateur puisqu’il est ainsi plus facile de gérer l’achat d’une nouvelle propriété.

Les courtiers collaborateurs sont donc spécialisés dans la représentation des acheteurs. Ils
travaillent et protègent les intérêts de leurs clients acheteurs lors d’une transaction
immobilière.

Le rôle du courtier inscripteur

Tel que mentionné ci-dessus, le courtier inscripteur agit à titre d’ambassadeur pour son
client vendeur, et ce, auprès des courtiers collaborateurs. Le client lui confie la tâche de
mettre en marché la propriété dans le but d’en réaliser la vente ou la location.

En tant que courtier inscripteur, il est beaucoup plus simple de traiter avec les courtiers
collaborateurs puisque ceux-ci travaillent pour une clientèle d’acheteurs qualifiés et prêts
à acheter maintenant. De ce fait, les négociations ainsi que les discussions s’en trouvent
extrêmement facilitées.

Finalement, la transaction immobilière se simplifie énormément puisque les courtiers
collaborent ensemble avec ouverture et précision.

La double représentation

Dans de nombreuses villes en Amérique du Nord et à travers le monde, il est de pratique
courante qu’une transaction immobilière implique deux courtiers immobiliers, soit le
courtier collaborateur et le courtier inscripteur. À ce jour, le Québec demeure la seule
province au Canada qui tolère la double représentation.

Cela signifie que le courtier inscripteur pourrait représenter un acheteur et un vendeur sur
la même transaction. Dans ces circonstances, il est fréquent que cette manière de
procéder apporte de la confusion et de la frustration autant du côté de l’acheteur que du
côté du vendeur.

Selon la loi sur le courtage immobilier réformée en 2010, le courtier immobilier doit
s’assurer de traiter équitablement l’acheteur en cas de situation de double représentation.
Même si le courtier qui transige avec un acheteur non représenté a toujours ce devoir en
tête, le processus peut devenir plutôt difficile. C’est qu’il s’avère ardu de constituer une
promesse d’achat qui sera autant avantageuse pour l’acheteur que pour le vendeur. C’est
pourquoi il est préférable d’utiliser les services d’un courtier pour toute transaction
immobilière.

Votre courtier inscripteur vous a proposé de diminuer sa rétribution s’il réussit à vendre
lui-même votre maison sans courtier collaborateur? N’acceptez surtout pas une telle offre
puisque vous pourriez peut-être saboter votre vente afin d’économiser au maximum 1 %
du total de votre transaction globale.

Faites confiance au travail des courtiers immobiliers pour une transaction exécutée dans
les règles de l’art!

  • 50
  • 0