La grande région de Montréal propice au marché immobilier

Montreal skyline early in the morning from Mont Royal park, Canada
Retour aux articles

Lors du déclenchement de la crise sanitaire en mars 2020, les courtiers immobiliers avaient la mine basse et plusieurs se sont mis en mode réflexion. Pourtant, un vieil adage nous rappelle que rien n’acquiert la force de la pratique.

Ceux et celles qui ont décidé de faire preuve de hardiesse en tirent profit maintenant grâce à la reprise des activités immobilières dans la grande région de Montréal. L’ultra marathonien Maxime Tardif et son équipe de Royal LePage n’ont jamais baissé les bras et furent aux premières loges de la reprise de l’activité immobilière.

Des chiffres encourageants!

Les données les plus récentes disponibles (juillet 2020), au moment où nous écrivons ce blogue, montrent de nouveaux sommets dans la grande région de Montréal, comparativement à la même période en 2019. En effet, on atteste une forte hausse des ventes et des prix des propriétés à Montréal, mais aussi dans les banlieues limitrophes.

Le nombre de ventes résidentielles a connu un bond spectaculaire de 46 % comparativement à juillet 2019, ce qui représente 5 356 transactions immobilières complétées en juillet 2020. On peut certes expliquer cette hausse par un rattrapage causé par la COVID-19, mais aussi par les efforts concertés des courtiers immobiliers pour relancer le marché.

Comme l’affirme Julie Saucier, présidente et chef de la direction de l’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec (APCIQ) : « La reprise des transactions gagne en force à Montréal, tout comme – mais dans une moindre mesure – celle des nouvelles inscriptions, ce qui ne laisse pas entrevoir de relâchement significatif du marché pour le moment »1. Ceci confirme également ce que nous avons déjà dit dans un autre blogue, la tendance actuelle favorise les vendeurs de propriétés. Nous sommes carrément dans un marché de vendeurs.

Ainsi, « il y a toujours relativement peu de propriétés à vendre sur le système Centris utilisé par les courtiers immobiliers, ce qui défavorise les acheteurs. L’APCIQ recensait 12 803 inscriptions résidentielles en juillet dans la région de Montréal, soit 24 % de moins qu’un an plus tôt »2.

Le plus encourageant c’est que la reprise du marché immobilier semble prendre forme et se maintenir dans le temps. Déjà, sur le terrain, on pouvait observer une reprise des activités immobilières. Le délai de vente a aussi diminué passant de 41 à 30 jours par rapport à juillet 2019. Vous aurez vite compris que lorsque vous mettez votre propriété à vendre, celle-ci partira rapidement.

Enfin, le marché prend des ailes avec l’augmentation du prix médian des propriétés à vendre : les unifamiliales ont bondi de 18 %, les copropriétés de 12 % et les plex de 7 % par rapport à juillet 20193.

La vigueur du marché favorisant à l’évidence les vendeurs fait du bien à l’économie montréalaise qui s’étend sur les couronnes nord et sud de Montréal. Les courtiers immobiliers continuent de ratisser le terrain et, avec leurs conseils judicieux, vous parviendrez à réaliser de très bonnes affaires!

Maxime Tardif et son équipe n’ont jamais baissé les bras!

En début de pandémie, Équipe Tardif s’est rapidement mobilisée pour faire les choses autrement, mais en demeurant très proactive sur le terrain. Aujourd’hui, Maxime et David Tardif s’illustrent sans tambour ni trompette; ils excellent, car ils sont demeurés près des gens. Faire confiance à Équipe Tardif de Royal LePage c’est bénéficier des meilleurs conseils sur le marché et de profiter d’une expertise hors du commun. Maxime et David Tardif vont à contrecourant et savent vous mener à bon port. N’hésitez pas à leur faire confiance; ce sont des gens efficaces et talentueux.

  • 19
  • 0