Qu’est-ce qui explique la crise immobilière actuelle?

Qu'est-ce qui explique la crise immobilière actuelle?
Qu'est-ce qui explique la crise immobilière actuelle?
Retour aux articles

Réaliser un investissement immobilier en ces temps de pandémie s’avère de plus en plus difficile pour les acquéreurs potentiels non seulement au Québec, mais aussi à l’étranger. La faible quantité de propriétés à vendre, le phénomène de surenchère et les prix de vente à la hausse représentent bien l’état du marché immobilier d’aujourd’hui. La forte demande et l’offre réduite demeurent assurément les éléments majeurs qui déstabilisent tout le marché. Le résultat de ce déséquilibre se reflète par une crise de l’inventaire immobilier disponible. Trois facteurs principaux ont contribué à cette crise soit les faibles taux d’intérêt, les coûts de construction ainsi que la démographie. Voici ce que nous avons pu constater depuis les derniers mois.

Les faibles taux d’intérêt

Vendre sa propriété pour en acheter une nouvelle représentait la tendance la plus populaire sur le marché immobilier depuis de nombreuses années. Aujourd’hui, avec la crise de la COVID-19, nous remarquons que les gens décident de garder leur maison unifamiliale afin de la mettre en location et de la convertir ainsi en propriété à revenu. De cette façon, ceux-ci préservent leurs acquis et s’achètent ensuite une nouvelle demeure. Cela crée bien entendu le débalancement observé actuellement sur le marché. De plus, étant donné que les taux d’intérêt sont moins élevés, les acheteurs n’hésitent pas à dépenser plus d’argent afin d’acquérir le bien immobilier désiré et effacer la compétition. Comme ce phénomène de surenchère est largement discuté dans les médias et sur le web, la plupart des acheteurs savent qu’ils doivent débourser plusieurs milliers de dollars de plus pour mettre la main sur la propriété convoitée. C’est donc un excellent moment pour mettre en vente un bien immobilier. L’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec parle même d’une hausse historique du prix des unifamiliales et des ventes de copropriétés en mars dernier.

Les coûts de construction

Une croissance accrue de la construction d’immeubles de type multilogement et de copropriétés s’est dessinée récemment sur le marché immobilier malgré les coûts de construction qui ont connu une augmentation sans précédent avec la pandémie. Pourtant, c’est la demande pour les maisons unifamiliales qui demeure la plus forte. Comme les frais de construction s’avèrent très élevés, les constructions neuves de maisons unifamiliales sont devenues une denrée rare, et ce, à travers tout le Grand Montréal. De nombreuses jeunes familles continuent de rechercher ces types de propriétés, mais l’inventaire disponible demeure très réduit. Certains secteurs, comme la Ville de Longueuil, ont donc voulu freiner ce développement intense de multilogements et de copropriétés en adoptant des règlements pour encourager la construction de maisons unifamiliales et maintenir celles en place. La mairesse de la Ville a ainsi soumis un projet de règlement afin de restreindre tout projet de démolition de maison unifamiliale à Longueuil afin d’encadrer adéquatement la densification dans les années à venir.

La démographie

La pandémie a eu un effet direct sur les baby-boomers qui sont propriétaires d’un bien immobilier. Généralement, la majorité d’entre eux gardait leur propriété en moyenne jusqu’à l’âge de 73 ans. Aujourd’hui, c’est plutôt jusqu’à l’âge de 75 ans, ce qui repousse de 2 ans la mise en vente de leur maison. Plusieurs de ces baby-boomers reportent ainsi la vente puisqu’ils entretiennent des inquiétudes à propos des résidences de personnes âgées où ils pourraient bénéficier d’une liberté restreinte étant donné la crise sanitaire actuelle. Ceux-ci se sentent plus libres s’ils restent dans leur propre maison. Grâce à l’arrivée du vaccin, certains d’entre eux feront le choix de mettre leur propriété en vente puisqu’ils retrouveront un sentiment de sécurité. Au fur et à mesure que les effets de la pandémie s’estomperont, la plupart des gens devraient recommencer à mettre leur maison en vente. Nous ne pouvons toutefois prédire l’avenir avec certitude!

Tel que mentionné ci-dessus, les faibles taux d’intérêt, les coûts de construction et la démographie expliquent le déséquilibre remarqué sur le marché immobilier. Soyez toutefois assuré que l’offre et la demande finiront par se stabiliser. C’est impossible pour l’instant de savoir le moment exact de la fin de cette crise immobilière, mais sachez qu’elle passera sans aucun doute. N’hésitez pas à contacter notre équipe pour toutes questions relatives à ce sujet ou pour faire affaire avec des courtiers immobiliers expérimentés à l’écoute de vos besoins!

  • 80
  • 0