Que faire lorsque votre inspection s’est mal déroulée?

Que faire lorsque votre inspection s’est mal déroulée?
Que faire lorsque votre inspection s’est mal déroulée?
Retour aux articles

L’inspection, c’est l’une des étapes cruciales dans le processus de vente qui permet aux acheteurs potentiels de connaître l’état réel de la propriété ainsi que sa valeur véritable. Procéder à une inspection en bâtiment aide également à prévenir les mauvaises surprises, les éventuelles poursuites ou les négociations pénibles. Utiliser les services d’un inspecteur certifié vous donne ainsi la possibilité de bénéficier d’une inspection valable et efficace. Mais, que se passe-t-il lorsque le rapport d’inspection révèle plusieurs éléments à corriger? Nos experts répondent aux questions les plus courantes lorsque cette situation se présente et démystifient les bonnes pratiques à adopter lorsque vous obtenez un mauvais rapport d’inspection.

 

Comment éviter qu’une inspection se déroule mal?

D’emblée, il n’est pas rare que les avis des experts sur une propriété diffèrent et que l’un des rapports produits soit plus accablant que les autres. De ce fait, des acheteurs vont parfois se désister à la suite de la réception d’un mauvais rapport d’inspection. À ce moment, l’analyse du rapport par votre courtier immobilier est essentielle pour bien comprendre les problèmes rencontrés par l’inspecteur. Sont-ils assez significatifs pour que l’acheteur se retire de sa promesse d’achat? Sont-ils plutôt faciles à réparer ou correspondent-ils seulement à des interrogations? Si les éléments défaillants semblent très importants, nous vous conseillons de pratiquer une contre-expertise qui permettra de préciser l’étendue du problème. 

 

Voici un exemple concret pour bien illustrer le propos. Dans cette situation, un inspecteur remarque au plafond d’une propriété, relativement neuve, un signe d’humidité. Il indique dans son rapport que le plafond doit être ouvert afin de tout nettoyer. Les acheteurs demandent donc de réaliser les travaux selon les directives de l’expert. Pourtant, le courtier immobilier de notre équipe qui s’occupe de ce dossier croit que l’expert a erré dans ses remarques. Il fait donc venir un expert indépendant pour vérifier à nouveau cet élément. Il appert du nouveau rapport que la sonde avec contact utilisée par l’inspecteur initial a fait une fausse lecture. En effet, la sonde a touché une vis ce qui a provoqué un résultat non représentatif de la réalité. Soyez donc toujours très vigilant afin de déterminer si le problème mis en lumière est bel et bien présent.

 

Dans cet exemple, il s’avère important pour le courtier immobilier de divulguer ce qui s’est passé à l’inspection aux acheteurs intéressés. Il y a toutefois plusieurs écoles de pensée à ce sujet. Selon nous, la meilleure pratique consiste à rendre ce nouveau rapport corrigé disponible. En tant que vendeur, si vous désirez vous protéger de façon optimale, nous vous conseillons de rendre public ce rapport d’inspection. Une autre pratique consiste à relever certaines parties du rapport, à les retranscrire dans un document de modifications et à transmettre le tout aux acheteurs. Cette manière de procéder comporte des risques d’erreurs et n’offre pas la même transparence. Optez plutôt pour la rédaction des modifications dans la déclaration du vendeur et rendez-la disponible pour consultation. Vous ne pouvez éviter que votre inspection se déroule mal, mais vous pouvez remédier à la situation en faisant preuve de transparence. 

 

Pour quelles raisons un acheteur se retire d’une promesse d’achat?

En général, le gros-œuvre s’avère l’élément majeur qui peut jouer sur la décision de l’acheteur. Tout ce qui touche la structure de l’immeuble, la maçonnerie, la fondation et la toiture pourraient impacter le choix de l’acheteur selon l’ampleur des travaux à réaliser. Dans ce cas, en tant que vendeur, devriez-vous exécuter les rénovations ou non? Voici un exemple pour vous démontrer une situation bien concrète. Lors de l’inspection de la propriété, l’expert remarque un problème d’affaissement et recommande de redresser la maison à l’aide d’un système de pieux. La propriété affiche un prix de 529 000,00 $ et étant donné l’opération requise, le vendeur décide de diminuer le prix à 470 000,00 $. Même avec cette réduction de près de 60 000,00 $, l’acheteur ne désire plus se procurer la propriété. Le vendeur décide donc d’exécuter les travaux nécessaires pour un prix de 40 000,00 $. Par la suite, la vente a été conclue avec un nouvel acheteur au prix initial de 529 000,00 $. L’investissement du vendeur a donc été rentable. Ce n’est toutefois pas le cas dans toutes les circonstances.  

 

Est-ce une bonne idée d’acheter une maison sans réaliser une inspection?

En ce qui concerne l’inspection prévente, nous ne la conseillons pas puisque c’est une procédure trop subjective. Le vendeur obtient plusieurs opinions d’une multitude d’experts ce qui cause beaucoup plus de problèmes à la fin de la journée. Généralement, lorsqu’une propriété se retrouve sur le marché, le vendeur est davantage motivé à trouver des solutions pour satisfaire les acheteurs potentiels. Nous suggérons donc de débuter le processus de vente et de régler les problèmes au fur et à mesure qu’ils apparaissent. 

 

Au sujet de l’achat sans inspection, le courtier immobilier doit obligatoirement la déconseiller, et ce, dans tous les cas. Pourtant, dans le marché dynamique actuel, il est possible que de nombreuses personnes laissent tomber cette étape du processus. Selon le type de propriété, cela peut valoir la peine. Pour des maisons qui n’ont jamais été rénovées, l’acheteur sait à quoi s’en tenir. À l’inverse, pour des propriétés qui ont fait l’objet de travaux, c’est plus délicat. N’oubliez pas non plus la garantie légale qui n’est pas à négliger. Acheter sans garantie légale et sans inspection demeure une décision très téméraire. Si vous achetez sans garantie légale, optez pour l’inspection afin de vous éviter bien des mauvaises surprises. Sachez également que l’inspection n’est pas un outil de négociation, mais plutôt une manière de vous rassurer. 

 

En cas de problème, le vendeur doit-il retirer sa propriété du marché le temps de procéder aux réparations?

Cela dépend du coût versus les bénéfices. Le vendeur peut déclarer le problème dans le rapport d’inspection pour que l’acheteur potentiel en connaisse les tenants et aboutissants. Le vendeur peut également décider d’effectuer les travaux et maximiser ses gains éventuels. L’envergure des rénovations à faire et les coûts qui seront engendrés sont les principaux facteurs à considérer dans ce genre de situation. Privilégiez une discussion avec votre courtier immobilier à ce propos pour avoir l’heure juste. 

 

En résumé, si votre inspection se déroule mal, ne paniquez pas et effectuez une analyse de votre rapport d’inspection de concert avec votre courtier immobilier. Au besoin, obtenez l’avis d’experts pour vérifier à nouveau les éléments problématiques. Discutez avec votre courtier immobilier de la meilleure solution à adopter selon les travaux à entreprendre. Si vous réalisez les rénovations, laissez un rapport d’inspection disponible pour les acheteurs afin de faciliter le processus de vente. Vous avez des questions? N’hésitez pas à nous contacter si vous désirez bénéficier de l’aide de courtiers immobiliers d’expérience.

  • 25
  • 0